Our Common Future Under Climate Change

International Scientific Conference 7-10 JULY 2015 Paris, France

Menu

POURQUOI CETTE CONFERENCE ?


  • En s’appuyant sur les résultats du cinquième rapport d’évaluation du GIEC, la conférence scientifique « Notre avenir commun face au changement climatique », qui s'est déroulée à Paris, à l’UNESCO et à l’Université Pierre et Marie Curie du 7 au 10 juillet 2015, a présenté les dernières avancées scientifiques sur le changement climatique et a abordé des questions essentielles associées au changement climatique dans le contexte plus large des changements planétaires.

  • Le principal objectif de la COP 21, qui se tiendra à Paris en décembre 2015, est d’instaurer un cadre de coopération destiné à assurer une croissance constante de l’ambition, individuelle et collective, des gouvernements qui auront présenté leurs contributions en amont de la COP21. Le nouveau régime de gouvernance climatique est censé renforcer la confiance, soutenir la mise œuvre des politiques et mesures, maximiser les bénéfices de la coopération internationale et amener tous les acteurs à prendre conscience qu’un nouveau modèle de développement (sobre en carbone et résilient au changement climatique) est en train d’émerger.

  • Pour les scientifiques, la question s’est progressivement déplacée de la consolidation des bases scientifiques pour l’évaluation des risques et des possibilités d’action à la définition de la forme des actions permettant de s’engager dans la transition nécessaire vers des économies et des sociétés adaptées et sobres en carbone. Quant aux acteurs, la question désormais n’est plus pourquoi il faut agir, mais comment.

  • La communauté scientifique, à travers des partenariats avec toute une série d’acteurs, joue un rôle décisif dans la définition de notre futur commun face au changement climatique. En effet, les chercheurs identifient des d’innovations et de scénarios d’avenir durable potentiels à différentes échelles de temps et d’espace, conçoivent et évaluent des solutions et des politiques et des mesures pertinentes et cohérentes, renforçant ce faisant la crédibilité de l’accord de Paris.

  • La conférence fut une occasion unique pour les scientifiques, les parties prenantes et le grand public de faire le bilan des connaissances existantes, d’explorer, d’identifier et débattre des solutions novatrices, et de préparer un régime ambitieux de gouvernance climatique après 2015.

OBJECTIFS DE LA CONFERENCE


La Conférence scientifique internationale « Notre avenir commun face au changement climatique » a eu lieu à l’UNESCO et à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris) en juillet 2015. 

Cette conférence de quatre jours fut le plus grand forum réunissant la communauté scientifique avant la 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), qui sera accueillie par la France en décembre 2015 (« Paris Climat 2015 »). En s’appuyant sur les résultats du 5ème rapport d’évaluation du Giec, la conférence a abordé des questions essentielles associées au changement climatique dans le contexte plus large des changements planétaires. Cette conférence a permis de débattre de solutions potentielles, tant pour l’adaptation que pour l’atténuation des changements climatiques. La conférence a encouragé également des manifestations satellites organisées par différents acteurs.

La conférence a été organisée sous l’égide du Conseil international pour la science (CIUS), de Future Earth, de l’UNESCO et des grandes institutions scientifiques françaises, avec le soutien du gouvernement français. 

Les quatre objectifs principaux de la conférence sont les suivants :


1 - Fournir un état des connaissances scientifiques sur le changement climatique, un an après la diffusion du 5e rapport d’évaluation du GIEC : bases physiques du changement climatique, impacts, adaptation et vulnérabilité, atténuation et scénarios. Une attention particulière a été accordée à l’explication, la traduction et la diffusion des principaux résultats du 5e rapport d’évaluation du GIEC et aux principaux développements subséquents. Cette conférence fut l’occasion de progresser dans la compréhension des interactions multiples entre le changement climatique, la géosphère, la biosphère et les sociétés humaines, à diverses échelles spatiales et temporelles. Une attention particulière a été donnée à la recherche transdisciplinaire et l’émergence de concepts.


3 - Évaluer le potentiel de solutions aux défis posés par le changement climatique scientifiquement fondées. Les fondements scientifiques ont été évalués en vue d’explorer un grand ensemble de solutions potentielles, qu’elles soient technologiques, sociales ou institutionnelles, à certains défis du changement climatique. Les solutions potentielles ont été analysées en lien avec les enjeux plus larges du développement durable, de la protection de l’environnement, de l’équité et de la diversité culturelle.






2 - Explorer un vaste éventail de chemins combinant l'atténuation et l’adaptation au changement climatique avec le développement durable. Sur la base des prévisions et des scénarios, la conférence a débattu des incertitudes, a identifié les domaines de consensus et les controverses tout en faisant le point sur les nombreuses connexions avec les enjeux de développement et d’environnement dans une grande variété de contextes locaux, nationaux et régionaux.

4 - Contribuer à un dialogue entre la communauté scientifique et la société. En amont de la COP21, la conférence a proposé à l’ensemble des parties prenantes (négociateurs, décideurs, entreprises, ONG, grand public) un panorama actualisé des connaissances que la science peut offrir sur le changement climatique ainsi que sur les différents moyens de le combattre. Dans l’optique de l’agenda post-2015, la Conférence a proposé également un espace où les scientifiques, les décideurs, les entreprises et les ONG ont pu débattre de l’agenda de la recherche pour les années à venir (à la fois via la conférence et dans le cadre des manifestations organisées par des acteurs).




Les séances plénières et les sessions parallèles ont permis d’examiner l’ensemble des questions les plus importantes par le biais de grands thèmes quotidiens qui font le lien entre les connaissances actuelles et les solutions futures.




Un accent important a été mis sur l’exploration des questions relatives au changement climatique via des approches transdisciplinaires et intégratives. Cela traduit le besoin de trouver des solutions qui dépassent les limites des secteurs et des systèmes, et qui rapprochent les parties prenantes et les communautés. Les sessions de la conférence ont encouragé les raisonnements multidisciplinaires et multilatéraux à explorer le large éventail de problématiques qui dépassent les questions liées au changement climatique, depuis les rétroactions physiques jusqu’aux impacts économiques et sociaux. Les sessions de la conférence ont constitué un espace très propice à l’examen de tout un éventail de questions portant sur les aspects complexes et interdépendants du changement climatique, du point de vue scientifique et humain.




La Conférence s’articule autour des thèmes suivants :


 

  • 1e journée - État de l’art sur le changement climatique : En exposant les dernières découvertes dans les domaines naturel et social, cette journée s’est intéressée aux questions transversales relatives aux changements observés dans le système climatique. Elle a exploré les facteurs et les conséquences, notamment les émissions de GES, la variabilité du climat, les événements extrêmes et les interactions physico-écologico-sociales, avec la volonté de relier les avancées et les lacunes dans les connaissances constatées dans les différents secteurs et régions.

  • 2e journée - Paysages d’un avenir commun : Axée sur l’étude des scénarios futurs dans le contexte du changement climatique, cette journée a exploré les impacts potentiels au sein des systèmes et des secteurs, ainsi qu’entre eux, à moyen (2030-2050) et à long terme (2070 et au-delà). Ont été envisagés des scénarios contrastés, ainsi que leurs conséquences sur les interactions entre les systèmes physique, écologique et humain. L’accent a été mis sur l’analyse des risques et des incertitudes, des seuils et des points de basculement.

  • 3e journée - Répondre aux défis du changement climatique : Dédiée aux options d’atténuation et d’adaptation, cette journée a permis de mettre en lumière les découvertes scientifiques et technologiques, et d’évoquer les obstacles, les compromis, les avantages connexes, les risques et les rétroactions. Les réponses locales et régionales ont été explorée, ainsi que les solutions d’intégration pour les différents secteurs et parties prenantes. La priorité a été donnée aux approches ascendantes, qui ont été examinées au travers de cas pratiques mis en place aux échelles locale et régionale.

  • 4e journée - Actions collectives et solutions transformationnelles : Cette dernière journée de la conférence a exploré les solutions transformationnelles au changement climatique selon une perspective intersectorielle afin d’aboutir à des solutions intégrées, notamment par le biais de la collaboration. Cela inclut des solutions faisant appel à tout un ensemble de disciplines, de secteurs et de parties prenantes, qui englobent des changements technologiques, institutionnels, économiques et comportementaux susceptibles d’ouvrir des voies transformationnelles adaptées aux enjeux du changement climatique, du court jusqu’au long terme et à plusieurs échelles.