Our Common Future Under Climate Change

International Scientific Conference 7-10 JULY 2015 Paris, France

Menu
Jonathan Cobb

Jonathan Cobb

Transcript of Michel Jarraud keynote speech

201507-07

By Our Common Future


STATEMENT ON THE OCCASION OF THE OPENING OF THE INTERNATIONAL SCIENTIFIC CONFERENCE “OUR COMMON FUTURE UNDER CLIMATE CHANGE”
by M. Jarraud Secretary-General World Meteorological Organization (Paris, France, 7 July 2015)

Excellencies, 
Ms Vallaud-Belkacem, Minister of Education, Higher Education, and Research,
Ms Royal, Minister for Ecology, Sustainable Development and Energy,
Mr Jouzel and Mr Le Treut, Chairs of the High Level Board and of the Organizing Committee of the Conference,
Ms Bokova, Director-General of UNESCO,
Mr Pazstor, UN Assistant Secretary-General on Climate Change,
Dear Colleagues, Ladies and Gentlemen, 

On behalf of the World Meteorological Organization, I wish to express my appreciation to the organizers of this conference. This is the largest scientific gathering before the COP 21, an event that will certainly contribute to integrate the role of climate science and information in the broader context of the changes that characterize our times and in particular of sustainable development. 

The impacts of climate change will accompany us for a long time and I am certain that this conference will provide ample opportunities to review and discuss different approaches and measures to mitigate and adapt to climate change. I am glad of this opportunity to offer some perspectives from WMO. 

First of all, I would like to say that WMO is happy to support the conference as a sponsor, with a financial contribution to facilitate the participation of scientists from developing countries. 

It is also a pleasure to be here at UNESCO. WMO and UNESCO have worked very closely for decades to bring science to the forefront of the sustainable development agenda and I wish to thank Irina Bokova for the excellent cooperation on this critical subject.

The science is speaking with a clear voice: the assessments of the IPCC and the reports of WMO and other organizations confirm that climate change is unequivocal and that is extremely likely due to human activities and constantly rising anthropogenic greenhouse gas emissions. Temperatures are increasing. The water cycle is being altered. Ice and snow are melting. Sea levels are rising. Oceans are warming and becoming more acidic. Extreme weather events like heatwaves are becoming more frequent and more intense. It is the poor and the vulnerable that are paying the highest price.

Preserving our climate as a common good is becoming increasingly urgent. We still have a choice, but time is running out fast and it is critical and urgent to take action to contain the worst impacts of climate change. Sound scientific information is available to support decisions towards more sustainable patterns of productions and consumption and effective adaptation to climate change, but the response must be timely and resolute. 

The climate knowledge that has been built in the last decades is an invaluable resource and a prerequisite for decisionmaking and for climate action. Science gives us high confidence that we can still change course and mitigate climate change to a manageable level. Climate knowledge can and must support this process, helping decisionmakers at all levels to make the right decisions. Climate knowledge, however, must come in a form that is easily understood and applied by those who need it. But there are preconditions. 

First of all it is important to strengthen or rehabilitate climate observations and related infrastructure. Sound and reliable data from observations are critical to decisionmaking. The Global Climate Observing System and the Global Ocean Observing System, and the integration of different systems in the WMO Integrated Global Observing System, remain the backbone for the provision of data. 
Then it is necessary to refine climate change scenarios and their downscaling to the regional and sub-regional scale in support of long-term planning. 

This is being addressed through a number of international projects under the umbrella of the World Climate Research Programme, co sponsored by WMO, the Intergovernmental Oceanographic Commission of UNESCO and the International Council for Science. WMO is supporting Regional Climate Outlook Forums in almost all regions of the world. Thanks to the cooperation of centres of excellence recognized as WMO Regional Climate Centres these forums are providing real-time regional climate outlook products on sub-seasonal to seasonal time scales that are essential to the development of climate services.

National and regional climate services will build on seamless integrated modelling systems to exploit historical knowledge and provide well-grounded options for various sectors and communities. The research communities represented by the World Climate Research Programme and the World Weather Research Programme are working together to advance Earth-system modelling and its applications. Among applications, climate services will play a critical role.

The Global Framework for Climate Services is an initiative of the United Nations system led by WMO and with the participation of several other UN and international organizations, including UNESCO. It was conceived with precisely this purpose: to facilitate the provision of climate information in a way that the right decisions can be made. This is a crucial challenge for both developing and developed countries and there is a great benefit in learning from each other. 

Climate products and services are assisting city planners in developing policies and action plans that can strengthen urban resilience in the face of natural disasters and foster a greener economy. Public health authorities are using climate forecasts to estimate and respond to the possible health consequences of extremes such as droughts, heatwaves and floods. Thanks to predictions about temperature and rain trends, farmers are making better planting, cropping and marketing decisions. Water resources managers use climate information to optimize water supply and flood management.

Finally, I wish to underline the growing interest and concern in climate or geo-engineering as a potential means for limiting climate change. Climate engineering technologies are of many different types, each with a different level of complexity, uncertainty and associated risk. There could be unintentional consequences associated with large-scale climate engineering and the potential of these technologies should not be seen as a reason to lessen efforts to address anthropogenic climate change. Before any action is contemplated, it is important to strengthen efforts to clarify and better understand potential implications. 

In conclusion, I wish to reiterate that WMO stands ready to support and facilitate the sharing and application of climate knowledge for a strong climate action, to minimize climate risks and contribute to sustainable development. 

Thank you. 

ALLOCUTION PRONONCÉE À L'OUVERTURE DE LA CONFÉRENCE SCIENTIFIQUE INTERNATIONALE SUR «NOTRE AVENIR À TOUS SOUS L'INFLUENCE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE»
par Michel Jarraud Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (Paris, France, 7 juillet 2015)

Excellences, 
Madame Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,
Madame Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie,
Monsieur Jouzel, président du haut comité et Monsieur Le Treut, président du comité d'organisation de la conférence,
Madame Bokova, Directrice générale de l'UNESCO,
Monsieur Pazstor, Sous-Secrétaire général de l'ONU aux changements climatiques,
Chers collègues.
Mesdames, Messieurs,

Au nom de l'Organisation météorologique mondiale, je tiens à exprimer ma gratitude aux organisateurs de la conférence. Cette rencontre scientifique est la plus importante qui se tiendra avant la 21e session de la Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, et elle contribuera sans aucun doute à intégrer la science du climat et les informations climatologiques dans le contexte plus général des changements qui caractérisent notre époque et, en particulier, du développement durable.

Nous devrons vivre longtemps avec les conséquences du changement climatique, et je suis certain que cette conférence nous donnera amplement l'occasion de faire le point sur les différentes approches envisageables pour atténuer le changement climatique et nous y adapter. J'en profite par conséquent pour présenter le point de vue de l'OMM.

Je voudrais dire tout d'abord que mon Organisation est heureuse de parrainer la conférence et d'apporter une contribution financière pour favoriser la participation de scientifiques de pays en développement.

C'est aussi un plaisir pour moi que d'être ici avec vous dans les locaux de l'UNESCO. L'OMM et l'UNESCO collaborent en effet très étroitement depuis plusieurs dizaines d'années pour faire de la science un pivot du programme d'action pour le développement durable, et je tiens à remercier Irina Bokova de son précieux soutien dans ce domaine.

Les données scientifiques sont claires: les évaluations du GIEC et les rapports de l'OMM et d'autres organisations confirment que le changement climatique ne fait plus de doute et qu'il est extrêmement probable qu'il soit causé par les activités humaines et les émissions de gaz à effet de serre, en augmentation constante, qu'elles engendrent. Les températures augmentent, le cycle de l'eau est perturbé, la neige et la glace fondent, le niveau de la mer s'élève, les océans se réchauffent et s'acidifient, les phénomènes extrêmes tels que les vagues de chaleur deviennent plus fréquents et plus intenses, et ce sont les populations les plus pauvres et les plus vulnérables qui payent le prix fort.

Il devient de plus en plus impératif de préserver notre climat, en le considérant comme un bien collectif. Nous avons encore le choix, mais le temps presse et il est urgent d'agir si nous voulons prévenir les conséquences les plus graves du changement climatique. Les décideurs peuvent d'ores et déjà compter sur des informations scientifiques fiables pour s'acheminer vers des systèmes de production et de consommation plus rationnels et des programmes appropriés d'adaptation au changement climatique, mais il leur appartient d'agir rapidement et avec détermination.

Les connaissances sur le climat que nous avons acquises ces dernières décennies représentent une source d'information extrêmement précieuse et une condition préalable à la prise de décision et à l'action en faveur du climat. Elles nous confortent aussi dans l'idée qu'il est encore possible de changer le cours des choses et d'atténuer les effets du changement climatique jusqu'à un niveau raisonnable. La compréhension du climat est indispensable à cet égard car elle aidera les responsables à tous les niveaux à prendre les bonnes décisions. Il faut toutefois veiller à ce que les informations sur le climat soient faciles à interpréter et utiliser par ceux qui en ont besoin. Un certain nombre de conditions doivent être cependant réunies.

Il importe tout d'abord de renforcer ou de remettre en état les systèmes d'observation du climat et les infrastructures correspondantes, car les décideurs doivent absolument pouvoir compter sur des données fiables et de qualité. Le Système mondial d'observation du climat, le Système mondial d'observation de l'océan et les différentes composantes du Système mondial intégré des systèmes d'observation de l'OMM demeurent la clef de voûte du réseau de collecte de données.

Il convient ensuite d'affiner les scénarios de changement climatique et de les ramener à l'échelle régionale, voire sous-régionale pour faciliter la planification à long terme. Un certain nombre de projets d'envergure internationale s'y attellent dans le cadre du Programme mondial de recherche sur le climat, qui est coparrainé par l'OMM, la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO et le Conseil international pour la science. Notre Organisation parraine par ailleurs des forums régionaux sur l'évolution probable du climat dans presque toutes les régions du monde. 

Grâce au soutien apporté par les centres d'excellence que sont les centres climatologiques régionaux de l'OMM, ces forums fournissent en temps réel, pour les régions considérées, des prévisions climatiques infrasaisonnières à saisonnières qui constituent l'assise des services climatologiques.

Tant à l'échelle nationale qu'à l'échelle régionale, les services climatologiques s'appuieront sur des systèmes intégrés de modélisation permettant d'assurer un continuum de prévision, l'objectif étant d'exploiter les connaissances accumulées au fil des ans et de présenter aux divers secteurs d'activité ainsi qu'aux populations des options bien étayées. Dans le cadre du Programme mondial de recherche sur le climat et du Programme mondial de recherche sur la prévision du temps, les chercheurs s'emploient à faire progresser la modélisation du système terrestre et ses applications, pour lesquelles les services climatologiques joueront un rôle essentiel.

Le Cadre mondial pour les services climatologiques est une initiative des Nations Unies placée sous la direction de l'OMM et à laquelle participent plusieurs autres organismes des Nations Unies et organisations internationales, en particulier l'UNESCO. Il a justement été conçu pour que les informations sur le climat soient fournies de telle sorte que les bonnes décisions puissent être prises. Cela représente un formidable défi tant pour les pays en développement que pour les pays développés qui ont tout intérêt à apprendre les uns des autres.

Les urbanistes peuvent s'appuyer sur des produits et des services climatologiques pour mettre au point des stratégies et des plans d'action destinés à renforcer la résilience des villes face aux catastrophes naturelles et favoriser une économie plus respectueuse de l'environnement. Les autorités chargées de la santé publique exploitent les prévisions climatiques pour évaluer et anticiper les éventuelles conséquences sanitaires des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses, les vagues de chaleur et les inondations. Grâce aux prévisions de températures et de précipitations, les agriculteurs peuvent mieux planifier les semailles et les récoltes ainsi que la commercialisation de leurs produits. Les responsables de la gestion des ressources en eau, quant à eux, mettent à profit les informations climatologiques pour optimiser les approvisionnements en eau et la gestion des crues.

Enfin, je tiens à souligner l'intérêt croissant suscité par l'ingénierie climatique, appelé aussi géo ingénierie, comme solution envisageable pour atténuer le changement climatique. Les techniques d'ingénierie climatique sont très diverses, et présentent différents niveaux de complexité, d'incertitude et de risque. Appliquées à grande échelle, elles pourraient avoir des conséquences imprévues, et les perspectives offertes par ces techniques ne devraient pas être motif à relâcher nos efforts dans la lutte que nous menons contre le changement climatique anthropique. Avant d'envisager quelque action que ce soit, il faut redoubler d'efforts pour bien analyser et mieux cerner l'impact potentiel des technologies considérées.

En conclusion, je voudrais réaffirmer que l'OMM est disposée à faciliter la mise en commun et l'exploitation des connaissances sur le climat pour une action forte dans ce domaine, afin de réduire les risques liés au climat et de favoriser le développement durable.

Je vous remercie.

Share this article

Further Information